Mme la députée Patricia MIRALLES


Les réactions

Avatar Isabelle Volante

Votre lettre donne un peu de chaud à un coeur brisé par la solitude, l'incompréhension d'une société que l'on découvre, indifférente, une justice rapide, "de masse" qui expédie un dossier d'homicide sur la route même si l'auteur du délit est infininémet responsable et coupables des morts de jeunes de 20 ans ou moins ou plus.... J'ai perdu ainsi, ma fille de 20 ans morte encastréee dans un mur. L'auteur, pour 4 morts, avec 3 délits (Alccol, stupéfiants et vitesse) n'a jamais pris consience de la vie détruite d'une centaine de personnes: il a écopé en tout et pour tout de 10 mois de bracelet électronique. Notre 1ER voyage était à Auschitz, nous recherchions un lieu de  mémoire de morts anonymes, banalisées... Nous recherchons encore et toujours bien des lieux, parce que nous en avons besoin. Tout existe en mémorial (guerre, attentat, séisme etc..)mais rien pour les victimes de la route: pourtant c'est un fait industriel et massif qui touche principalement des jeunes donc des parents, des frères, des soeurs qu'il faut continuer à éduquer malgré une rupture totale de vie. Oui, nous avons besoin de cela: que les noms de enfants continuent d'exister parce qu'ils ne sont pas que des vitimes "privées" mais des victimes d'une politique d'état par pertes et profits.


 

Le 12-02-2018 à 20:21:54

Réagir


CAPTCHA