Témoignage De Brigitte

Suite au procès des chauffards de Quentin et Nathan nous avons reçu des témoignages sur le site, Combien hélas de familles vivent cet enfer ? Combien de familles de victimes se sentent seuls et abandonnés ? Nous avons pris le temps de leur répondre, pour leur dire que nous sommes là même si.

D’où parfois l’importance de partager le site, la page, au cas où……

 

Nous ne rajouterons rien face à témoignage effroyable, hé oui nous rappelons que les auteurs peuvent faire appel lors du pénal alors que les victimes et familles de victimes le pourront au civil….Encore une ignominie comme quoi les auteurs auront plus de droits que les victimes, ou se situe l’égalité au niveau de la justice ?

Nous ne pouvons que constater encore et encore ce mépris de cette justice à l’encontre des victimes et familles de victimes. Nous continuerons sans relâche.

 

Témoignage reçu sur le site de l’association collectif justice victimes route :

 

« "De tout cœur avec vous. Ai perdu le 05/09/10 mes 2 filles et mon gendre, Charlotte 22 ans, Alain 24, Margot 17 tués par un chauffard sous cannabis. 5 ans d’attente pour un procès en appel: 3 ans de prison avec sursis et 1 aménageable... Écœurement total... Quel mépris de la part de l’état. Bon courage".

« J’ai eu envie de faire un tour sur votre site car hier soir mon père m’a appelé en me disant de mettre sur le champ  bfm tv ou les parents des deux petits jumeaux de 15 ans décédés tués par un chauffard témoignaient...

J’ai pris conscience de malheureusement n’être pas un cas unique...

J’adresse ici une pensée chaleureuse a tous ceux qui vivent le même calvaire que moi.

Je suis à votre disposition pour d’autres infos si vous le souhaitez et je vous autorise à publier cet écrit.

Bien cordialement

 

Ce 4 septembre 2010, c’est le dernier jour de vacances de Charlotte, et elle décide avec son compagnon Alain d’aller au parc Astérix. Margot, leur petite sœur se joint à eux.

C’est une journée ensoleillée. Ils empruntent l’autoroute A5, quasiment déserte.

Charlotte, jeune conductrice roule au maximum à 110 sur la bande de droite...

Un automobiliste, lui aussi jeune conducteur, apparaît derrière eux, roulant au moins à 150. Il est sous l’emprise du cannabis après une nuit blanche passée à Troyes à "faire la fête". Il s’endort...

Sa voiture percute celle des enfants qui va s’encastrer sous les roues d’un camion garé sur une aire de secours alors que c’est parfaitement interdit.... Nos trois enfants décèdent sur le coup. Et la vie s’arrête pour nos familles en même temps que la leur...

Puis commence la période des contacts avec la justice, qui commence par un rdv avec la juge d’instruction ou il nous faut quasiment prouver à quel point nous aimions nos enfants et le désert qui est désormais notre vie!

2 ans après l’accident, premier procès a Sens: le procureur de la république demande 7 ans d’incarcération. L’accuse prend 28 mois ferme et 20 mois avec sursis...

Il fait appel: 2 ans 1/2 après ce premier procès, le deuxième a lieu à la cour d’appel de Paris totalement déshumanisé. Il aurait s’agit d’un vol de voiture par exemple que le ton et l’attitude des magistrats auraient sans doute été la même... 

La peine prononcée est de 36 mois avec sursis et 1 an aménageable pour le conducteur de la voiture et d’un an d’interdiction de conduire sur le territoire français pour le camionneur (roumain)

Je vous laisse imaginer notre peine et notre désarroi face à ce verdict. Ce sentiment aussi d’avoir été méprise, nous et nos enfants disparus par la justice....

 

Merci de m’avoir répondu. Je me sens moins seule face à tout cela.

 



Réagir


CAPTCHA